Carlos Ghosn : comment éviter le déclin ?

0 commentaires

Carlos Ghosn est l'une de mes "stars". Il appartient à la catégorie des Managers créateurs d'un Monde business, au même titre que Jack Welch.
Le chapitre 6 de notre livre" Changez de Monde ..." montre comment il a réussi a créer un Monde voulu lors du rapprochement Nissan Renault.



L'affaire actuelle "espionnage/escroquerie" m'interpelle donc fortement. Me serais-je trompé de référent ? Le référent aurait-il dérapé ? Comment est-ce possible ? Pourquoi ?
Qu'est-ce que cette triste affaire révèle sur le Monde des Top managers ?

Quand être en première page des médias est le signe du déclin
L'un des éléments clés de la performance d'une entreprise selon Jim Collins dans son livre  "From good to great" est d'avoir des Leaders "level 5". Je résume cela par le concept de "moine soldat", c'est à dire le manager engagé à 100% dans la réussite de ses collaborateurs et de son entreprise, pas dans la sienne propre, à l'inverse du manager narcissique qui devient obnubilé par sa réussite individuelle. Un gérant d'une société d'Asset Management m'avait expliqué qu'il fallait vendre les titres d'une entreprise dès que son patron faisait la une d'un journal économique comme Fortune : c'était l'indicateur que ce manager était en train de perdre sa posture "level 5" happé par le Monde de l'Opinion.

Je ne voudrais pas que cet indicateur se révèle vrai pour Carlos Ghosn. Non pas que l'individu perde ses qualités intrinsèques, mais il devient de fait membre d'un autre Monde. Il s'éloigne, se coupe du monde des autres managers, en particulier de celui de son comité de direction. Il ne connaît plus les personnalités qui le composent. Il ne peut plus faire confiance à l'homme car il ne le connaît pas. Il ne fait confiance qu'aux preuves indirectes, chiffres, ... délation.
Cet isolement conduit à un réflexe de paranoïa. "Je n'ai plus le temps de valider l'information, je dois donc faire confiance, mais au fond je n'ai aucune base concrète pour décider d'accorder ma confiance". Ainsi le nouveau DG d'un banque posait la question à chacun des membres de son nouveau Codir "Me serez-vous fidèle ? ... euh bien sûr ..." Comment ne pas être victime d'une machination de pieds nickelés dans un tel contexte ? Un zest de Chine, une larme de compte bancaire chiffré, et hop 90% des tops managers seraient sur le grill !

Que doit faire Carlos Ghosn pour éviter ce déclin managérial, cette déconnexion croissante avec son entreprise et avec sa réalité, avec tous les impacts négatifs que cela a sur la structure et ses hommes ?
Waouh, oserais-je conseiller mon idole ? L'apport d'un démarche solide comme les Mondes donne les idées et une légitimité. Que dirait-donc un apprenti créateur de monde ?
  1. Carlos doit se remettre en position de décrypter le /les Mondes de Renault. La grille Monde va l'aider à le faire rapidement, sans simplisme. Le but est qu'il puisse montrer aux équipes en quoi il les a compris et en quoi qu'il est de nouveau connecté avec eux, sans oublier qu'il doit parler dans leur Monde et pas dans le sien
  2. Ensuite il doit définir un nouveau Monde commun. Celui qu'il veut et qu'il peut partager avec ses Managers. Ceux-ci devront à leur tour le partager avec leurs équipes et ainsi de suite en cascade. Une piste  de nouveau Monde commun serait celui de la confiance. Pour piloter une entreprise aussi complexe que Renault -Nissan les procédures seront toujours insuffisantes. Il faut une couche complémentaire qui donne du sens et permette des synchronisations, des co-constructions fluides, rapides. Ce Monde commun repose sur la clarification d'une grandeur, d'une fierté commune. Il repose aussi sur la modernisation des Interactions collectives. Comment (re)faire vivre la communauté du comité de Direction ? Quels temps forts ? Comment favoriser la prise de parole autonome, responsable versus l'alignement politiquement correct "tous derrière le chef, même si ...". L'excès de processus tue le processus aussi sûrement qu'il tue la confiance. Or c'est justement  le discours produit par Renault sur l'affaire d'escroquerie. "Nous allons faire un audit des procédures" La belle affaire !
  3. Enfin il doit identifier et conduire personnellement quelques passerelles qui vont faire le lien entre les mondes actuels disjoints, éclatés et le monde commun de confiance, le monde voulu. L'abandon, ou le report des bonus 2010 est un geste dans son Monde à lui. Est-ce pour autant une passerelle solide avec les collaborateurs Renault ? J'en doute. Les passerelles doivent passer par des mots nouveaux, des communications différentes, par une réelle clarification de ce qui va permettre le retour de la confiance entre les managers.
Carlos a tous les atouts pour le faire. Mais ce ne sera pas sur TF1 qu'il trouvera les solutions internes à Renault. Il doit replonger dans le monde domestique et industriel de Renault, et par exemple redonner à l'entreprise une flamme Inspiration, porteuse de Fierté.

Carlos, We can help

Très respectueusement

Laurent Dugas

0 commentaires :

Publier un commentaire