Quel est le Monde de Jean-Luc Mélenchon ?

0 commentaires

Le dernier "ON" des candidats. Après Fillon, Macron, Hamon, c'est au tour de Mélenchon. Que dire de lui ? Même précaution que pour les autres, un décryptage avec la grille des Mondes de référence de Luc Boltanski et Laurent Thévenot, pas une analyse politique.

Jean-Luc Mélenchon a trois Mondes dominants. Et ce qui est très intéressant est qu’il sait parfaitement les nourrir et les utiliser.

Son Monde de l'Inspiration est structurant. Il suit son intuition, plus que ses raisonnements. C'est pour cela qu'il est un excellent débatteur. Là ou d'autres vont être en contrôle, en calcul, lui est spontané et sait capter l'humeur du moment. C’est d'ailleurs étonnant qu'il ait refusé de participer au dernier débat du premier tour car il sait profiter de ces arènes. Deviendrait-il calculateur ? Son Monde de l’inspiration le pousse aussi à travailler ses idées. Il lit, il apprend, il intègre les nouvelles tendances sociétales, l’écologie par exemple.
Son autre facette marquante est évidente. Son Monde de l’Opinion est démesuré. Il a besoin d'être vu, de faire le show. La campagne présidentielle est son heure de gloire. Comme il doit s'ennuyer entre deux élections. Il sait ce qui fait du buzz et il en joue pleinement. Il a parfaitement compris comment contourner les medias traditionnels, 230 000 followers de sa chaîne YouTube, 200 000 lecteurs régulier de son blog. En associant ses Mondes de l’Inspiration et de l’Opinion, il a su réinventer l’exercice du meeting politique. Un véritable spectacle, seul en scène, l’arpentant, sans note. Et l’hologramme quand il faut se démultiplier et faire parler de lui.
Son Monde Domestique est aussi très fort. Mais pas un Monde Domestique de parti, il n’a pas de clan, pas de cercle rapproché, c'est un solitaire, le reste du Front de Gauche est transparent. La grandeur de ses équipes est de pouvoir dire « Jean-Luc ». Son Monde Domestique est celui d’un professeur, d’un guide, d’un chef. Il se voit comme un théoricien de la pensée politique qui doit éduquer les masses. Sur tout. Et même sur la nécessité de manger moins de viande. Il écrit des livres et dit que son ambition est que ses livres soient lus. Ses modèles sont des leaders, et peu lui importe leurs dérives autoritaires ou économiques. Hugo Chavez ou Fidel Castro.

Mais Mélenchon ne veut pas être élu. Il n’a pas ce besoin grâce (à cause) d’une absence totale de Monde Marchand. C’est un naïf qui explique souvent comment Francois Hollande le roulait dans la farine à chaque congrès du PS quand il en était membre. Il n'est pas dans une logique de pouvoir, d'organisation. Il est là pour jouer, prendre du plaisir, pas pour gagner. S'il avait été Marchand, il se serait allié avec Hamon.
Civique ? Oui sûrement par son idéalisme, mais sans la profondeur et l'engagement d'un Hamon. Mélenchon est un révolutionnaire embourgeoisé qui rêve plus qu'il ne veut agir. Dans ce même registre, son Monde Industriel est réduit. Il sait qu’il ne sera pas élu, il n’a pas besoin de se projeter dans la mise en œuvre de ses idées.

En synthèse, Jean-Luc Mélenchon n'est pas un homme de pouvoir, il n'est pas un animal politique. C'est un bateleur, un agitateur. Amusant mais un peu vain.

Laurent Dugas

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire