Quel est le Monde d'Emmanuel Macron ?

0 commentaires
Vous avez plébiscité notre post sur le Monde de François Fillon. Continuons dans les "on" avec le Monde d'Emmanuel Macron, avec la même précaution : un décryptage avec la grille des Mondes de référence, pas une analyse politique.


Emmanuel Macron incarne le changement qu'ont réussi les entreprises qui ont basculé dans "le nouveau Monde digital". Il ne s'agit pas de technologie mais d'un Monde collectif qui s'affranchit des règles du siècle passé.
Fini le triptyque des Mondes Domestique - Industriel - Civique, jouons tout sur le nouveau paradigme Inspiration - Opinion - Marchand.
En ce sens Emmanuel Macron est un "moderne", un homme du XXIe siècle, digital, forcément digital.


Macron n'est pas "Domestique", en tout cas pas encore. Il n'est pas enfermé dans des relations d'attachement et de fidélité. Il n'a eu aucun état d’âme pour "tuer le père François Hollande". Cette expression typiquement domestique n'a probablement aucun sens pour lui. Il ne s’empêtrera pas non plus dans les mêmes histoires de famille que les autres. Son zéro-attachement affectif, clanique, statutaire, le rend très froid avec son entourage. En contrepartie, cela lui permet d'être très libre.

Macron est trop "Marchand" pour être "Industriel ou "Civique".
Il met sur le même plan toutes les idées opportunistes. Les cars intercités ont pour lui la même importance que la réforme des retraites. Il lui faut des mesures concrètes, en rafales. La durée industrielle et l'aboutissement du projet ne sont pas ses priorités.
Ce monde "Marchand" lui permet  d'associer des mesures très diverses pour aller chercher des électeurs très différents, sans éprouver le besoin d'avoir un projet ayant une architecture forte.
Il n'est pas Civique au sens où il n'est pas prisonnier des normes et des règles. Il n'est pas dans la recherche d'un intérêt public, d'un service public idéalisé.

Son slogan "En marche" est révélateur : il faut bouger, être efficace à court terme, peu importe la direction et la durabilité. Cette ouverture à tout ce qui peut marcher lui permet de naviguer facilement dans l’ambiguïté et de "transactionner" avec tous :  " je te donne cela, en échange tu me donnes ceci". Cette posture est détestée par les Civiques et les Industriels.

Dans cette logique court terme, sa boussole repose sur son Monde de l'Opinion : est bien ce qui se voit, ce qui est validé par le regard des autres. Macron agit comme un miroir. Il renvoie à chacun ce que l'autre veut voir, et cela n'engage que celui qui s'est vu beau dans ce miroir.

Enfin il est un excellent représentant du Monde de l'inspiration : il a des idées intelligentes, neuves ou pas. Il en réclame en permanence à son entourage "il me faut des idées pour dans deux mois, je suis sec, trouvez" est un verbatim entendu par son cabinet à Bercy.

En synthèse, on peut affirmer que le Monde de Macron est beaucoup plus proche de celui de Trump que de celui d'Emmanuel Valls - son opposé absolu.
C'est un Trump énarque, dans une froideur cérébrale, sans son empathie bourrue avec le "peuple".
Avec le même succès électoral ?

Laurent Dugas 




0 commentaires :

Enregistrer un commentaire