L'affaire Kerviel peut elle mieux se comprendre avec l'éclairage Monde ?

0 commentaires
Ami intime de l'un des protagonistes directs de cette affaire complexe et douloureuse, j'avais cantonné cette histoire dans ma sphère privée

J'ai eu l'occasion de lire cette semaine le livre de Hugues Le Bret : La semaine où Jérôme Kerviel a failli faire sauter le système financier mondial : Journal intime d'un banquier
Il se lit comme un roman policier et me semble en ligne avec les échos internes que j'avais eu à chaud

Cette lecture a relancé mon réflexe professionnel "Monde" :


Cette affaire Kerviel est-elle plus compréhensible avec la grille d'analyse Monde ?
  • Tous mes amis Banquiers m'ont juré que "Non, en aucun cas ! l'affaire Kerviel est un fait divers ponctuel, du à la perte totale du sens des réalités d'un pervers ...."
  • Certes, les Kerviels à 50 MM€ de positions ne courent pas les salles de trading !
  • Pourtant je n'en suis pas si sûr

Le cygne noir avait une forte probabilité pour se poser sur la SG, tôt ou tard.

Quel était le Monde de la SG à cette époque ?
  • Il était profondément construit sur un principe supérieur commun, du PDG, au collaborateur de base : tout faire pour ne pas être la victime d'une OPA
  • Cette angoisse profondément ancrée (instrumentalisée ?) venait de la bagarre avec BNP pour la prise de contrôle de Paribas.
  • Avec la conséquence suivante : pour ne pas être victime d'une OPA il faut avoir des résultats supérieurs à ceux du marché
  • En effet qui serait assez fou pour acheter au prix fort une société dont l'acquéreur se sentirait incapable de tirer plus que ce qu'elle produit aujourd'hui , voire avec la quasi certitude de faire moins bien ? Et qui serait assez fou pour vendre dans cette hypothèse ?
  • Cette grandeur "tout faire pour être le meilleur" est un formidable moteur de croissance et de performance. Ce qui a été le cas pour la SG
  • Avec aussi une incitation forte, inconsciente, pour prendre des raccourcis afin d'obtenir ces résultats extraordinaires. La performance d'un Banquier est assez mécanique. Pour obtenir des résultats supérieurs aux concurrents, avec la même matière première banale, l'argent, il faut conduire vite, toujours plus vite ; bref prendre des risques !


Les acteurs de la SG, dans différents métiers, ont donc pris des raccourcis.

  • Par exemple, certaines activités d'asset management en ont pris beaucoup, qui ont conduit à la session du métier au Crédit Agricole pour créer Amundi. Ce qui n'exclu pas la lucidité comme le fait d'avoir évité l'affaire Madoff !
  • Le comportement des Décideurs n'est pas "irresponsable" . Il est celui de Managers qui, pris dans un Monde fort et cohérent, acceptent progressivement un biais. Ils décident, agissent dans leur Monde propre, avec leur échelle de valeur et se coupent progressivement des autres "Mondes", des autres grilles de lecture.
  • Quelques managers ont émis des doutes "à cette vitesse nous allons rater un virage". Ils ont été qualifiés "d'angélique"(au mieux)
  • Globalement une fois dans un monde donné, il est impossible de verbaliser une autre opinion ; c'est un effort énorme, rapidement sanctionné par une exclusion de "l'équipe", du Monde existant. Même pour la Direction générale c'est difficile. Surtout quand les salariés sont actionnaires et que le cours de bourse s'envole !

Bien sur des contrôles existent, des réglementations sont inscrites, l'Inspection audite et rapporte, les Risques surveillent. Avec sérieux et professionnalisme.
  • Mais leurs actions, leurs avis sont juste un peu moins écoutés, juste un peu moins mis en oeuvre ... enfin bref ce n'est pas la priorité absolue
  • La décision finale se fait toujours sur la grandeur :" être toujours plus performant pour garantir notre survie indépendante"

Sur un tel Monde, le cygne noir se posera toujours, tôt ou tard, ici ou là, avec plus ou moins de force. Mais la probabilité est "certaine", comme celle d'un alcoolique au volant d'avoir un accident

Enseignement  : Messieurs les responsables des Risques, pour être efficace vous devez absolument auditer votre Monde actuel sans tabou ; celui qui fonctionne pour de vrai, celui qui est vécu. Pas celui des procédures, des discours. Vous devez comprendre sans fard la dynamique de fonctionnement des acteurs, surtout quand ils sont 160 000 à travers le globe !
L'approche Monde est un outil simple, rapide qui vous permet d'anticiper sur l'atterrissage des cygnes noirs...

Mais il faut du courage, beaucoup de courage ...

Laurent Dugas

0 commentaires :

Publier un commentaire