Les grecs sont-ils des escrocs ?

0 commentaires

Ma question n’a rien de polémique. La réponse à cette question induit le type de projet nécessaire au rétablissement durable de la situation économique grecque. Une fois de plus, la méthode « Monde » nous fournit des pistes d’analyse et de solutions.

Les grecs ont toutes les apparences des escrocs - en bande organisée. Maquillage des comptes publics pour rentrer dans l’euro, soustraction au paiement de l’impôt, clientélisme à coups d’emplois publics, n’en jetons plus.

Escrocs ? Est-ce si vrai ?
Une analyse rapide « Monde » montre que les grecs ne sont pas des escrocs … et que dans la perspective d’un redressement du pays … le fait qu’ils ne soient pas des escrocs est le pire qui puisse arriver.

Pourquoi les grecs ne sont pas des escrocs ?
Les escrocs ont cette qualité de savoir parfaitement qu’ils sont hors-la-loi. Ils fraudent en toute connaissance de cause et s’ils sont attrapés, ils acceptent très bien les mesures qui sont prises à leur encontre. Autrement dit pour être un escroc, il faut en avoir conscience. Or, les analyses d’opinion l’attestent : les grecs n’ont aucune conscience de leurs dérives. Ils vivent dans un autre système. C’est dans notre Monde à nous, français ou allemand, que les grecs sont des escrocs. Dans le leur, ils ne font que des choses normales.

Pourquoi cette situation est la pire ?
Pour beaucoup de raisons dont les deux principales sont 1/que sans conscience, aucun changement n’est possible 2/que si le Monde des grecs est inadapté à une stratégie d’apurement de la dette, ils vont devoir changer de Monde … et changer de Monde cela ne se décrète pas.

Et alors me direz-vous ?
Les plans pour résoudre le problème grec doivent être double : un plan d’actions court terme et il est en cours (on peut au moins l’espérer) mais surtout un vrai projet de changement de Monde. A défaut, les mêmes causes produiront les mêmes effets. Pour faire simple, dans leur Monde actuel, les grecs n’ont aucune intention de faire les efforts pour rembourser leurs dettes.

La dette grecque … un exemple de plus d’optimisme irresponsable des dirigeants face aux projets de transformation. Répétons-le une nouvelle fois : « pour réussir votre stratégie, vous devez changer de Monde, ou faire changer le Monde de vos équipes ».

PS : le pire est peut être à venir : et si les italiens, les irlandais, les espagnols et les français commençaient à basculer dans le Monde des grecs ?

Bruno Jourdan

0 commentaires :

Publier un commentaire