Laurent Grandguillaume, député rééligible, annonce qu’il ne se représentera pas…Bravo ?

0 commentaires

Ce brillant député de Côte-d'Or de 38 ans vient d'annoncer qu'il ne se représentera pas aux législatives de 2017.
« Il est grand temps de changer l’engagement politique par la preuve. Il doit être conçu comme un engagement au service de l'intérêt général et non plus comme un métier. Faut-il attendre le changement des règles ou s'imposer les règles du changement ? »

Cette annonce est scandaleuse à l’aune des règles du Monde politique

  • Il avait toutes les chances d'être réélu 
  • Il avait une forte crédibilité dans son camp et ailleurs
  • Il avait traité plutôt efficacement plusieurs dossiers compliqués comme celui des VTC
  • Il avait 40 ans de carrière devant lui

… et donc on ne peut dire que Bravo ! 

Il s’applique à lui-même le principe qu’il promeut « la politique ne peut pas être un métier », avec un prix à payer fort : perdre un job valorisant et tous les attributs qui vont avec.

Pour autant, annonce-t-il la fin d’un Monde politique que personne ne regretterait ? 

Est-il le créateur d'un nouveau Monde auquel les autres veulent appartenir ? Est-il un leader ? C’est la réflexion que je vous propose en prolongement de mon post précédent allons-nous élire un président ou un leader ?
Reprenons les 3 critères qui permettent de mesurer le leadership d’un créateur de Monde

n°1 : Être le miroir du Monde actuel. Oui, il nous comprend
  • Sur ce point Laurent Grandguillaume a tout bon. Le souci de transparence et de vérité dans les actes est une demande majeure de l'électorat tous bords confondus.
n°2 : Concevoir ET incarner un Monde Voulu. Qu'allons-nous vivre ensemble ?
  • Là aussi tout bon. Laurent Grandguillaume conçoit ET incarne un Monde dans lequel la politique n'est plus un métier, une rente à faire durer le plus longtemps possible, mais un passage dans un parcours plus complet avec plusieurs étapes qui contribuent à l'intérêt général sous diverses modalités. Et "scandale" il s'applique à lui-même la règle de ce nouveau Monde.
n°3 : Construire, négocier, déployer les Passerelles pour que le pays passe du Monde actuel au Monde Voulu
  • Là il y a un bug … et un gros. Car le Monde politique actuel le regarde goguenard sans en tirer aucune conséquence. En agissant de façon solitaire, il n'embarque pas les politiques et les électeurs. L'exemplarité est une qualité mais elle n'est pas suffisante pour entraîner les autres. On est leader parce que l'on est suivi. Laurent Grandguillaume écrit Faut-il attendre le changement des règles ou s'imposer les règles du changement ? J’aurai aimé qu’il aille un cran plus loin. 

S’il voulait agir en leader-créateur de Monde, que devrait-il faire en plus ?

D’abord concevoir un Monde complet. Le non-renouvellement du mandat politique est une modalité, ce n'est pas un Monde cohérent et habitable
  • Grandeur : comment se définit la performance d’un élu si ce n'est plus par sa longévité ?
  • Reconnaissance : s'il n'y a plus les réélections, les cooptations au sein du parti ... alors quels sont les marqueurs de la reconnaissance ? donnés par qui ?
  • Interactions collectives : comment se structurent les allers-retours entre vie civile et vie politique ? comment faire dialoguer efficacement les deux Mondes ?
  • Décision : comment se prennent les décisions au service de l'intérêt général ?
J'ai beaucoup d'admiration pour la décision de Laurent Grandguillaume. Il lance un message mais fuit un peu le combat de la transformation ... ce combat est-il gagnable ?

Laurent Dugas 

PS (façon de parler) : d’autres hommes politiques semblent tentés par ce combat
 

0 commentaires :

Publier un commentaire