Ce professeur d’histoire-géographie est un héros de la Transformation digitale

0 commentaires


J’aimerais que Jean-Pierre Costille devienne l’un de nos consultants. Il a tout compris sur la manière de réussir une transformation et utilise parfaitement, sans le savoir, notre méthode des Mondes.
Un article récent du Monde.fr lui a permis d’expliquer ses nouvelles pratiques pédagogiques en utilisant le potentiel ouvert par les outils digitaux.
Vous pouvez consulter cet article ici, et/ou directement lire mon décryptage « Monde ». Ce décryptage vaut pour tous les sujets business qui embarquent des nouvelles technos, intelligence artificielle, réalité augmentée, digital en général.

L’idée à retenir : ce professeur n’a pas fait l’erreur très répandue, voire systématique, dans le Monde de l’entreprise de croire que le seul déploiement d’outils digitaux va tout changer. Il a compris que les outils digitaux rendaient possible l’émergence d’un Monde de performance beaucoup plus efficace … et que le projet était de concevoir puis concrétiser ce nouveau Monde de performance – et pas de déployer des outils.

Concrètement, comment a-t-il procédé :
1/ Il a clarifié son nouvel objectif de performance : non plus faire réussir ses élèves, mais faire réussir chacun d’entre eux. Il garde en tête une préoccupation essentielle « ont-ils compris ce que nous avions fait ensemble ? ».
2/ Il a compris que le Monde de ses élèves avait radicalement changé et que c’était à lui de s’adapter et pas à eux. La pédagogie traditionnelle dont la logique est une évaluation finale après de longues séquences de transmission de savoir n’est plus adaptée à leurs modes d’apprentissage … et conduit à s’apercevoir trop tard que trop d’élèves n’ont rien compris. Les élèves aiment jouer … sa pédagogie est souvent fondée sur le jeu, et les outils qu’il utilise permettent aussi aux timides de participer.
3/ Il a compris que pour se resynchroniser avec ses élèves il devait, lui, changer de Monde pédagogique.
4/ Il a formalisé explicitement son changement de Monde : permettre à ses élèves d’essayer et de se tromper, et donc de distinguer les périodes d’essai et d’évaluation. Il dit « évaluer, ce n’est pas forcement noter ».
5/ il a créé des nouveaux modes d’apprentissage qui concrétisent ce nouveau Monde – chez P-VAL, nous appelons cela des passerelles. Exemple : des quiz en version électronique non notés dont le but est qu’ils relisent leurs cours. Si une des questions du quiz montre une incompréhension, il réexplique le point au cours suivant.
6/ Il ne nie pas le Monde Historique de « l‘évaluation finale ». Elle reste nécessaire … mais pour mesurer le progrès.
7/Cerise sur le gâteau de la transformation, Jean-Pierre Costille a compris que son rôle de « leader » était aussi de donner à ses élèves l’envie et les moyens de changer de Monde : comprendre l’importance du travail, de l’essai et de la persévérance. Il les marque à la culotte : « je leur demande de jouer, mais je leur précise que je peux savoir combien de fois ils ont joué ». Ils jouent … et ils travaillent.

Merci Jean-Pierre pour cette expérience inspirante.
Bruno Jourdan

0 commentaires :

Publier un commentaire